Discours du président François Duvalier en accueillant l'Empereur d'Éthiopie Hailé Sélassié lors de sa vite en Haïti en 1966



Ce discours a été prononcé à l'aéroport international de Port-au-Prince par le président François Duvalier le 24 avril 1966, en recevant la visite du Souverain éthiopien Hailé Sélassié 1er, descendant du Roi Salomon et de la Reine de Saba.

Cher et grand Ami, 

En accueillant Votre Majesté Impériale sur la glorieuse terre d’Haïti, théâtre de tant de combats pour la dignité de l’homme, et de tant de victoires au nom de la liberté, j’éprouve avec chaque Haïtien une fierté qui, par-delà plus d’un siècle et demi d’histoire, rejoint celle de ces Nègres sortis d’Afrique qui fondaient le 1er janvier 1804, au cœur des Amériques, la Première République noire du monde. 

En ce jour faste de l’Histoire de nos deux peuples, j’accueille en vous l’homme dont la pensée et l’action transcendantes ont pu garantir la souveraineté de l’Éthiopie, et la liberté de son peuple. 

Je salue en vous l’éminent homme d’État qui, en 1963, jetait à Addis Abeba les bases indestructibles de l’unité africaine. Nos origines les plus lointaines, nos traditions, notre vocation à la liberté et notre conviction que tout homme porte en lui l’éminente 

dignité de la personne humaine, ont tissé, à travers le temps et l’espace, les liens indissolubles qui unissent les peuples frères éthiopien et haïtien. 

La politique extérieure de Votre Gouvernement, axée sur les principes fondamentaux de la Charte des Nations Unies, n’a cessé de proclamer les droits imprescriptibles des peuples de décider librement, sans considération de race ou de couleur, de leur destin et de leur forme de gouvernement. 

Dans un monde divisé où la confrontation des idéologies constitue une menace constante à la paix, quel bel exemple de confraternité vous offrez, Majesté Impériale, laissant les frontières combien éloignées de votre pays, pour apporter au peuple frère d’Haïti et à son gouvernement, le témoignage éloquent de la présence de l’illustre descendant du Roi Salomon et de la Reine de Saba. 

Puissiez-vous, Majesté Impériale, au cours de cette visite, saisir les aspirations profondes de notre peuple, son attachement à la liberté et à un gouvernement qui, en dépit des difficultés de toutes sortes, apporte chaque jour sa contribution aux idéaux d’un monde spiritualiste ! 

Puissiez-vous saisir les efforts de mon Gouvernement attelé à une tâche exaltante de reconstruction nationale, résolu à rechercher, dans l’application d’une politique délibérée de justice sociale, une amélioration des conditions de vie de l’immense majorité du peuple haïtien. 

Puissiez-vous, en homme de cœur et d’idéal, réaliser, à travers les pages palpitantes de notre histoire, le drame de notre peuple, drapé dans sa fierté et dans sa dignité, poursuivant son destin malgré les incompréhensions les plus diverses et les plus inconcevables, gardant, jalousement et à tout jamais, la gloire d’avoir promené les torches de la liberté de Savannah au sommet des Andes ! 

Après neuf ans de gouvernement, nous nous enorgueillissons aujourd’hui de nous être résolument engagé dans les sentiers montants du progrès et de la coopération, de rechercher, à partir du principe de l’effort national, et dans les voies de la compréhension et du respect réciproque, de meilleures conditions morales et matérielles de vie pour notre peuple. 

Une preuve, et des plus éloquentes de cette philosophie nouvelle, est cet aéroport international, pavoisé aux glorieuses couleurs éthiopiennes et haïtiennes, où je viens fraternellement, au milieu de l’enthousiasme débordant de mon peuple, vous accueillir. 

Que votre séjour parmi nous, Majesté Impériale, soit des plus agréables et que chaque minute de ce séjour sur la terre haïtienne soit le reflet de la sincérité des liens fraternels qui unissent Éthiopiens et Haïtiens.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires