Les présidents dominicains d'origine haïtienne

Beaucoup de gens ignorent que la République dominicaine a eu quatre présidents d'origine haïtienne. C'est un sujet peu traité et même caché par les historiens traditionnels.

General Gregorio Luperon

Gregorio Luperon


Le premier président dominicain d'origine haïtienne fut Gregorio Luperon qui fut président provisoire de la République du 18 décembre 1879 au 1er septembre 1880.

Concernant ses origines haïtiennes, l'historien Emilio Cordero Michel déclare : "Bien que du côté de sa mère, Luperon était d'origine haïtienne, à certains moments de sa vie, il a manifesté des préjugés contre Haïti qui ont refait surface au sein du peuple dominicain en raison du processus historique qu'il a vécu de 1844 à 1861" (Emilio Cordero Michel. Article Luperon et Haïti. Clio Magazine №152. 1995. Académie dominicaine d'histoire).

Un autre historien qui fait référence à l'ascendance haïtienne de Luperon est le Dr Tirso Mejia Ricart qui établit "De 1863 à 1865, la plus populaire (guerre) a été gagnée par des paysans aux pieds nus dirigés par des généraux presque illettrés dans laquelle ont combattu des Dominicains haïtiens comme Luperon et Heureaux (...)". Mejía Ricart dit aussi : "pas mal de dominicains d'origine haïtienne ont donné des exemples de patriotisme, de Luperón à Jacques Viaud". (Journal Hoy. 25 septembre 2015).

Ulysses Heureaux

Ulysses Heureaux

Le deuxième président de la République dominicaine était Ulysses Heureaux Lebert (Lilis). Heureaux était le fils de Josefa Lebert et de José Alejandro D'Assás Heureaux Fortune d'origine haïtienne. Lilis parlait couramment le français, l'anglais et le créole haïtien.

Lilis a été président de septembre 1882 au 1er septembre 1884. Puis du 6 janvier au 27 février 1887, et enfin du 30 avril 1889 à 1899.

Rafael Leonidas Trujillo Molina

Rafael Leonidas Trujillo Molina

Le troisième président d'origine haïtienne n'était autre que Rafael Leonidas Trujillo Molina. "La grand-mère maternelle de Trujillo était Luisa Erciná Chevallier qui était la fille naturelle de Justin Alexis Victor Turenne Carrié Blaise et Eleonore Juliette (Diyeta) Chevallier Moreau veuve Saladin. Alexis ou Alejo Turenne Carrié Blaise, l'arrière-grand-père maternel de Trujillo, a été ministre dans le gouvernement haïtien de Nissage-Saget (1869-1874) et avant cela dans le gouvernement provisoire formé par Nissage Saget, Victorin Chevallier (parent de Diyeta) et Sylvain Salnave ; il a également été membre du Conseil des secrétaires qui a gouverné Haïti en 1874. Alejo Turenne Carrié avait épousé Julie Herzilie Decayette, originaire de Port-au-Prince, en Haïti.

D'autre part, Diyeta Chevallier s'était mariée dans la cathédrale de Saint-Domingue le 15 octobre 1832 avec Parfait Sylvestre Fortune Saladin Coustard (Port-au-Prince, le 8 février 1810 - Saint Christophe, le 27 juin 1833), dont elle est devenue veuve pour rejoindre Alejo Turenne Carrié. Du couple Saladin-Chevallier descendent les familles Saladin de la République dominicaine, concentrées à l'origine à San Cristobal puis dispersées dans la capitale et à La Romana.

Le père de Fortune Saladin était Jean Marie Saladin Boué (Port-au-Prince 1780-1832), arrivé dans le pays en 1823 pour rejoindre les troupes d'occupation de Jean Pierre Boyer. Il était colonel et commandant du 32e régiment, il était également le commandant militaire de Lamatte (c'est ainsi que les Haïtiens appelaient Las Matas de Farfán) et de la place Saint-Domingue vers 1830". (Source : travaux de recherche effectués par l'Institut dominicain de généalogie Inc. publiés dans le journal Hoy les 14 et 24 avril 2008 sous le titre Trujillo, descendant de l'oligarchie haïtienne).

Joaquin Balaguer

Joaquin Balaguer

Le quatrième président dominicain dans les veines duquel coulait le sang haïtien était Joaquín Balaguer.

"Dans les biographies du Dr Joaquín Balaguer, ses parents s'appellent Joaquín Balaguer Lespier et Carmen Celia Ricardo. Pourquoi la mention des deux noms de famille de son père et non de sa mère ? La raison est évidente : éviter leur association et leur lien avec le dictateur Ulysses Hilarion Heureaux Lebert (Lilis), dont la mère était une cousine germaine. En fait, Dassas Heureaux, le père de Lilís, était le frère de Rosa Amelia Heureaux Domínguez (grand-mère maternelle de Balaguer) et les deux enfants d'Alejandro Heureaux et de Josefa Domínguez" (Source : travail de recherche intitulé Ancêtres, descendants et parents collatéraux de Joaquín Balaguer, réalisé par l'Institut dominicain de généalogie et publié dans le journal Hoy le 16 septembre 2006). Si nous, Dominicains, nous consacrions à l'enquête sur nos ancêtres, nous aurions de nombreuses surprises".

Source : Medium.com
Roberto R. Rodríguez —  Jorge Zayas

Enregistrer un commentaire

1 Commentaires