La leçon : Vers d'Arsène Chevry en l'honneur de Jean-Jacques Dessalines



La leçon


Le fier Impérator est tombé de son trône,

Tel l'aigle foudroyé des hauteurs de son vol, 

Et la foule, de cris, de huée environne

Sa chair dont les lambeaux palpitent sur le sol.


Une folle en haillons fend la plèbe insensée:

son œil morne, inquiet, regarde cette horreur,

Puis, tout à coup, reluit, s'anime à la pensée

Du Héros qui survit quand même à l'Empereur!


Et Défilé recueille en sa robe les restes 

Précieux du Géant dont les immortels gestes

Font courir dans l'histoire un épique frisson!


La folle sort de l'ombre et donne sa leçon

De sagesse et d'amour à la foule surprise.

Et la grande Leçon est encore incomprise!


Source : Le Nouvelliste du jeudi 17 Octobre 1911

Texte d'Arsène Chevry

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires