Ô, ma ville aimée !



Sous un firmament bleu azur

Des étoiles pendantes à l’instar des boules de diamants,

Une lune resplendissante,

Un mystérieux soleil de minuit à l’horizon

Un amalgame des phéno-mystères

Vents cycloniques, giboulée, orages, éclairs …

Le craquement des arbres

Et la mélodie des oiseaux du ciel

Ici et ainsi est venu au monde le grand sage d’Haïti

L’univers entier se fixait sur Arcahaie

Pour contempler sa splendeur

Et la venue de son fils

Ô ma ville aimée!

 

Arcahaie fleuron d’Amérique

La ville aux milles couleurs, mère planétaire de la liberté

Tu es assise sur un roc

Resplendissant le monde de ta lumière éternelle, la liberté

De milles fleurs Arcahaie ta ceinture est enveloppée

Douce mer azurée

Avec tes ilots s’étendant comme des joyaux le long de la cote

Tes havres balnéaires divinement beaux

A l’ombre de tes palmeraies jouxtant tes placides rivières

Se prélassent tes enthousiastes visiteurs

La nature t’a récompensée

Tu ressembles à un oasis ou coule l’oued de vie

Et ou l’harmattan d’Afrique souffle calmement

Ta splendeur reflète ta gloire

Nous en sommes fiers 

Oh! Ma ville aimée !

 

Arcahaie ! havre de paix et de bonheur

Tes fils et filles te ressemblent, pacifiques hospitaliers

Tu es la cité aux gens d’une perspicacité inégalable

D’une jeunesse créatrice dans l’âme

Tu offres ton hospitalité à tous

Dans tes gingerbread longeant la rue

Oh ! ma ville aimée ta force réside dans

L’altruisme et la solidarité archeloise

Arcahaie, ville héroïque tu es protégée par

Quatre forteresses perpétuelles :

La perspicacité au Nord

L’humanisme et l’altruisme au Sud

L’ingéniosité à l’Ouest

Le théocentrisme à l’Est


Par Louinel Estimable

Elève de troisième (2012)

Publié initialement sur le blog du Lycée Charles Belair de l'Arcahaie

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires