La théorie conspirationniste de la fusion d'Haïti et de la République Dominicaine en vogue chez l'extrême-droite dominicaine

Les drapeaux d'Haïti et de la Dominicanie

Six millions de Juifs européens ont été tués par Hitler et ses hommes de main à cause d'une fausse diffamation antisémite. Publiés pour la première fois en 1902 pour justifier idéologiquement les programmes antijuifs de la Russie tsariste, “Les protocoles des sages de Sion" ont été démasqués comme étant mensonger en 1920, grâce à un journaliste du journal anglais ”The Times“, mais ils ont été essentiels pour attiser les préjugés séculaires contre les Juifs parmi les fanatiques du Nazisme et sont toujours très populaires aujourd'hui parmi les groupes de droite, les suprémacistes blancs et les déments qui insistent dans la négation de l'Holocauste juif.

Les Dominicains subissent également les ravages d'une diffamation similaire inspirée d'une œuvre clé : “La isla al revés” (1983), de Joaquín Balaguer. La thèse complotiste et diffamante, reproduite à l'infini dans les médias et les réseaux, se compose essentiellement des éléments suivants : les grandes puissances étrangères (États-Unis, France, etc.) et des ONG mondiales, financées par George Soros et d'autres grands entrepreneurs maléfiques et des dirigeants mondiaux (les Clinton, Biden, etc.), qui ont pour alliés dominicains des dirigeants pour la plupart de la gauche progressiste, des " traîtres à la patrie " qui promeuvent l'avortement, les droits de la communauté LGBT et l'” invasion pacifique " des immigrés haïtiens qui vont supplanter la population dominicaine, sous l'impulsion de la bourgeoisie dominicaine qui profite de la main-d'œuvre haïtienne illégale, ils favorisent la fusion d'Haïti et de la République dominicaine.

L'idée de fusionner l'île a été portée par Balaguer pour fonder l'attaque raciste contre la candidature présidentielle de José Francisco Peña Gómez en 1994. En effet, dans l'ouvrage susmentionné, où il reproduit littéralement les idées énoncées dans son livre “La realidad dominicana” (1947), Balaguer propose une confédération dominicano-haïtienne, idée qui avait été suggérée par Américo Lugo en 1913, inspirée de la confédération antillaise proposée par Eugenio María de Hostos et développée plus tard en 1949 dans une thèse de Ramón Rafael Casado Soler.

Ce que fait Balaguer, c'est simplement prétendre qu'il propose l'unification des deux nations de l'île, pour rejeter plus tard une telle unification, afin de réduire le flux de voix de Peña Gómez, à travers l'exploitation machiavélique de la peur dans la population qu'un candidat à la présidence d'origine haïtienne arrive au pouvoir.

Ce qui est curieux dans cette théorie excentrique du national-populisme de droite et de gauche, c'est que l'anti-haïtianisme, qui sert de base a été importé par les élites de la République dominicaine, comme nous l'a informé Silvio Torres-Saillant, aux puissances occidentales, bénéficiaires de siècles d'esclavage et “engagées dans un credo racial négrophobe”, une condition fondamentale pour l'inclusion dans l'ordre mondial de la République dominicaine comme contrepoids d'Haïti, et qu'elle est nourrie par une idéologie raciste, importée également de l'Occident, qui postulait la supériorité évolutive de “l'homme blanc”, concevait les indigènes et les noirs comme un parent moderne du "lien perdu”, justifiait la domination des blancs sur les races "dégradées, primitives et sauvages", légitimait l'extermination raciale et se mêlait à l'élitisme aryen des intellectuels dominicains à partir de 1900, incarné dans le programme du Parti nationaliste et totalement assumé par la dictature de Trujillo. En bref, les vrais impérialistes et anti-dominicains sont les anti-Haïtiens.

"Les protocoles des sages de Sion" étaient essentiels pour attiser les préjugés. L'idée de fusion de l'île a été apportée par Joaquín Balaguer, assez tirée par les cheveux, pour étayer l'attaque raciste contre la candidature de Peña Gómez.

Article écrit par l'intellectuel dominicain Eduardo Prats et publié initialement en espagnol au journal HOY le 19 novembre 2021

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires