Le général Simon Bolívar dresse la liste de ses besoins en armes et en munitions au président d'Haïti, le général Alexandre Pétion


Aux Cayes, le 4 mars 1816.

A Son Excellence Monsieur le Président d’Haïti.

Monsieur le Président:

J’envoie le lieutenant colonel Chipia, mon aide de camp, qui aura l’honneur de remettre cette dépêche à V. E. Je la prie d’agréer mes remerciements pour tout ce qu’elle a eu la bonté de faire pour seconder mes projets, ainsi que de ses résolutions relatives aux prétendus mexicains, qui n’avaient d’autres projets que de détourner les moyens applicables à mon expédition, pour la détruire. 

Je me vois encore dans la nécessité d’importuner V. E. pour de nouveaux secours; elle sentira de quelle urgence ils sont pour l’exécution de mes projets. Je compte sur sa générosité et sa bienveillance, et espère trouver dans l’intérêt qu’elle m’a témoigné, une excuse à mon importunité. 

Voici la note de mes besoins, que je prie V. E. de prendre en grande considération: 4.000 fusils, sans compter les 3.000 pour lesquels les ordres sont déjà délivrés; 100.000 cartouches (au moins); 30.000 livres de poudre; 30.000 livres de plomb. 

En ajoutant ce nouveau service à ceux que nous avons déjà reçus de votre bienfaisance, l’expédition qui serait retardée, et peut-être inexécutable, mettra de suite à la voile. 

Que V. E. daigne me continuer sa bienveillance, et à la cause de ma patrie, l’intérêt qu’elle lui porte; accompagné de ses vœux, et comblé de ses bienfaits, je suis assuré de vaincre.

L’Amérique pénétrée de reconnaissance lui conservera un souvenir éternel.

Agréez l’hommage de ma haute considération et croyez aux sentiments d’estime avec lesquels j’ai l’honneur d’être, Monsieur le Président, de V.E., le très humble et très obéissant serviteur.

BOLÍVAR.

Certifié conforme à l’original. Le Secrétaire General B. Inginac.

TRADUCCIÓN

Los Cayos, 4 de marzo de 1816.

A S. E. el señor Presidente de Haití.

Señor Presidente:

Envío al teniente coronel Chipia, mi edecán, quien tendrá el honor de entregar este despacho a V. E. Sírvase V. E. aceptar mi agradecimiento por todo lo que ha tenido la bondad de hacer para secundar mis proyectos, así como por las resoluciones de V. E. relativas a los pretendidos mejicanos, cuyas miras no eran otras que distraer los recursos aplicables a mi expedición para destruirla.

Me veo obligado a importunar una vez más a V. E. pidiéndole nuevos socorros; V. E. comprenderá de cuánta urgencia son para la ejecución de mis proyectos. Cuento con la generosidad y benevolencia de V. E. y espero que el interés que V. E. ha mostrado hacia mí sirva de excusa a mi importunidad.

He aquí la nota de lo que necesito, que suplico considere V. E. con la mayor atención:

4.000 fusiles, sin contar los 3.000 para los cuales se han librado ya las órdenes;

100.000 cartuchos (por lo menos); 30.000 libras de pólvora; 30.000 libras de plomo.

Añadiendo este nuevo servicio a los que ya hemos recibido de la benevolencia de V. E., la expedición, que sin esto se retrasaría y tal vez sería irrealizable, se hará a la vela de inmediato.

Dígnese V. E. continuar dispensándome su benevolencia, y a la causa de mi patria el interés que por ella siente. Llevando conmigo los votos de V. E. y colmado de sus favores, estoy seguro de vencer.

La América, llena de reconocimiento, conservará eternamente el recuerdo de V. E.

Acepte el homenaje de mi mayor consideración y crea en los sentimientos de estima con que tengo el honor de ser, señor Presidente, de V. E. muy humilde y obediente servidor.

BOLÍVAR.


Source : Les archives du Libertador

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires