Chant de guerre du Cacique Henry du Xaragua



Les Butios [1] ont promis la victoire !

O Zémès [2] soyez-nous favorable !

Nos visages sont passés aux Xagua [3] !

Le lambi [4] résonne dans les airs !

Nul ne peut nous résister

Tuons, exterminons, brulons !

Leur peau sera le hamac [5] !

Où nos enfants dormiront

Aya bombé, aya bombé ! [6]

II

Nos pères, nos frères, nos parents

Furent naguère aussi nombreux

Que sur nos têtes, les étoiles

Avant l’arrivée, en notre ile

Des monstres vomis par la mer !

Où sont-ils maintenant ?

L’urucane [7] a soufflé sur eux !

Les Chemis [8] savent seuls à présent

Dans quels pays ils voyagent

Mais le sang appelle le sang

Aya bombé, aya bombé !

III

Ne mourons plus en lâches !

Ne vivons plus pour creuser les monts !

Non plus pour fouiller les rivières

A la recherche de l’or

Nous haïssons la poudre jaune !

Le Xagua qui tient nos mains

En rouge pour la bataille,

Le Xagua qui crache le sang

Dans son vif écarlate

Est mille fois plus beau

Ne perçons plus la terre.

Aya bombé, aya bombé!

IV

Pour mourir libres, il faut monter

Très haut, plus haut encore, toujours

Où ils ne peuvent grimper !

Leurs pieds ne sont pas purs et lestes !

La plaine nous trahit et nous livre

Bahoruco [9] nous reçoit et nous garde

O mère sacrée, o montagne sainte

O Mamona [10], refuge suprême !

Prends nos os, o fidèle

Qui osera nous chercher dans tes bras ?

Et dans la chevelure de tes lianes ?

Aya bombé, aya bombé

V

S’ils nous traquent jusque-là

Nous jurons de ne pas trembler !

Nous jurons d’être dignes de toi !

Dignes d’être tes fils o Bahoruco!

Leur tonnerre ne nous effraie pas

Ce n’est pas celui des dieux

Les dieux ne sont pas si cruels !

Les dieux ne sont pas si barbares

Nous serons fermes dans notre serment !

Notre devoir est de combattre

Aya bombé, aya bombé!

VI

Notre devoir est de mourir

Les Butios ont promis la victoire

Zémès ne veut pas notre perte !

La cause est juste ! La terre est à nous.

Défendons-là de nos flèches pointues !

De nos quartiers de roc dégringolons

Dressés vers toi, o protectrice !

Terrassons leurs têtes hardies

Tels dans la saison mure

Des guanavimas [11] écrasés sur le sol.

Aya bombé, aya bombé !


Lexique

1. Butios : Nom des prêtres et médecins des indigènes.

2. Zémès : Dieux pénates qui protégeaient leurs foyers et leurs cités.

3. Xagua : Plante qui croissait dans l’ile d’Haïti. Les premiers habitants l’utilisaient pour colorer leur visage lorsqu’ils allaient à la guerre.

4.Lambi :Gros coquillage de mer qui sert de cor jusqu’à nos jours.

5. Hamac : Espèce de lit fait avec de la toile.

6. Aya bombé : Selon certains traducteurs “mourir plutôt que d’être asservis”.

7. Urucane : Ouragan

8. Chemis : Autre appellation dont se servaient les indigènes pour désigner les dieux-lares.

9. Bahoruco : Montagne où s’était réfugié le Cacique Henry.

10. Mamona : déesse.

11. Guanavimas : Goyaves

Source : Fouchard Jean, Langue et littérature des aborigènes d'Ayti, éditions de l'école, collection histoire et littérature, Paris, 1972.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires