Si j'étais président de la République d'Haïti, je ferais...

Palais national effondré lors du séisme du 12 janvier 2010


Par Louinel Estimable, alors élève de troisième, écrit à l'occasion du concours de texte intitulé Si j'étais président de la République d'Haïti, je ferais..., organisé par l'Institut Français d'Haïti, Le Nouvelliste et la Télévision nationale d'Haïti (TNH) en 2011. Texte qui a reçu le premier prix du concours.

Si j'étais président de la République, je ferais de ma Patrie ce qu'elle était autrefois. Haïti retrouverait son ancienne dénomination : la Perle antillaise. Je redonnerais la vie à la nature, en reboisant nos bassins versants et en assainissant le milieu ambiant. Je donnerais des moyens financiers aux paysans pour ne pas dégrader l'environnement. Je faciliterais les ménages et les entreprises utilisant le bois d'autres moyens énergiques, amis de la vie. Je mettrais en place une unité nationale de reforestation (UNAREF) et la garde forestière nationale pour assurer respectivement la gestion et la protection de nos couvertures forestières. Nos ressources naturelles seraient rationnellement exploitées et utilisées. La lutte contre la pollution et la déforestation serait priorisée. Ainsi nous aurions une Haïti verdoyante.

Si j'étais président de la République d'Haïti, je ferais de l'agriculture l'une de mes priorités. Des fonds importants seraient alloués à l'agriculture afin que notre pays puisse avoir sa souveraineté alimentaire. Je mettrais à la disposition des agriculteurs, des tracteurs, des motoculteurs, des pompes d'irrigation et des fertilisants afin de mécaniser et de moderniser l'agriculture. La totalité des terres cultivables serait défrichée pour augmenter la production agricole. Je renforcerais la capacité des mairies en vue de lutter contre l'urbanisation des zones favorables à l'agriculture qui deviendrait une activité génératrice d'emplois et de revenus. Par conséquent, nos compatriotes n'iraient plus se faire humilier dans les bateys de la République dominicaine.

Si j'étais président de la République d'Haïti, je ferais de l'éducation à l'instar de l'agriculture l'une de mes priorités. Je rendrais l'éducation universelle, car les enfants d'aujourd'hui seront les héros de demain. Ils ont droit à l'éducation, la santé... Avec l'aide extérieure et les fonds internes de l'État, des campus, des écoles classiques ainsi que des écoles professionnelles seraient construits dans toute la République, avec des professeurs chevronnés pour donner une formation adéquate à la jeunesse. Je combattrais la délinquance juvénile, en créant des orphelinats et des écoles pour le retrait des enfants dans la rue. J'introduirais progressivement les nouvelles technologies de l'information et de la communication dans notre système éducatif pour le moderniser. Le fondamental serait gratuit et impératif.

Si j'étais président de la République d'Haïti, je ferais de profondes modifications dans notre système sanitaire. Le budget du MSPP serait considérablement augmenté, car il est impossible que le budget du ministère haïtien de la Santé soit inférieur par rapport au budget d'un hôpital moyen en France. J'implanterais des hôpitaux bien équipés dans les sections rurales pour faciliter l'accès au soin. Je travaillerais pour assainir l'environnement en vue de protéger la population contre les maladies dues à l'insalubrité comme le choléra, le paludisme, etc. La natalité serait maîtrisée pour freiner la croissance végétative de notre population.

SI j'étais président de la République d'Haïti, je ferais de la décentralisation le point incontournable de la reconstruction nationale. Je diviserais le pays en quatre régions ou quatre pôles de développement économique. La construction d'infrastructures économiques serait cruciale pour l'essor de notre pays, notamment routes, aéroports, ports, électricité. Des prêts seraient octroyés aux rescapés du séisme pour la reconstruction de leur maison. J'irais chercher des investisseurs à l'échelle planétaire pour venir investir leurs capitaux en Haïti. J'inviterais notre diaspora à faire de même et la sécurité de leur investissement serait garantie. Ainsi, les gens ne laisseraient plus leur région natale, pour aller former de gigantesques bidonvilles à Port-au-Prince. Enfin, notre peuple retrouverait le pays dont il rêvait Et, je suis prêt à lutter jusqu'au dernier soupir afin que notre pays soit radicalement transformé.

VIVE HAÏTI ! VIVE HAÏTI ! VIVE HAÏTI !

Louinel Estimable, 2011.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires