Aide de Pétion à Bolívar : Lettre du président Pétion au général Marion

République d'Haïti


Au Port-au-Prince, le 26 janvier 1816, an 13 de l'Indépendance


ALEXANDRE PÉTION, Président d'Haïti au Général Marion, commandant de l'Arrondissement des Cayes

Des raisons que je ne dois pas confier au papier mon cher général, mais qui tendent grandement à consolider la République, me commandent de vous inviter, par la pré­sente, à mettre à la disposition du général Bolívar, deux mille fusils et leurs baïonnettes de ceux déposés à l'arse­nal des Cayes par M. Brion ; vous mettrez aussi à sa dis­position le plus de cartouches et de pierres à fusil que vous pourrez, en ne gardant surtout des cartouches, qu'une pe­tite quantité. Vous ferez sortir ces objets comme envoi fait à la Grand-Anse, en les chargeant à bord d'un bâtiment dont le capitaine que vous placerez à bord et l'équi­page seront dignes de votre confiance, et ce bâtiment une fois dehors et d'une manière à ne point être aperçu, allongera celui que le général Bolivar destinera pour recevoir ces ob­jets, et les transmettra à son bord. Il est à propos que cela ne transpire pas, et je repose sur les précautions que vous prendrez à cet égard. 

Je vous salue d'amitié. 


Signé : PÉTION



République d'Haïti


Au Port-au-Prince, le 26 janvier 1816, an 13 de l'Indépendance


ALEXANDRE PÉTION, Président d'Haïti au Général Marion, commandant de l'Arrondissement des Cayes

Je vous recommande mon cher général, de faire délivrer par l'administration des Cayes, aux malheureux réfugiés de Carthagène et dépendances, une ration en pain et salaisons. C'est un acte d'humanité digne du gouvernement de la République. Vous présenterez la présente lettre à l'administrateur ADAM.

Je vous salue d'amitié.


Signé : PÉTION

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires