Tula, histoire d'un Héros anti-esclavagiste à Curaçao inspiré par la Révolution haïtienne

Tula, meneur d'insurrection anti-esclavagiste à Curaçao - Crédit : Wikimedia

Tula était le capitaine de la grande révolte des esclaves de 1795 à Curaçao. Que savons-nous de Tula ?

Tula portait le surnom de "Rigaud", du nom du général haïtien Benoit Joseph Rigaud, l'un des héros de la révolution haïtienne. On ne sait pas d'où vient Tula, mais il était bien au courant de la situation en Haïti, où une révolte d'esclaves menée par Toussaint avait pris le contrôle du régime colonial. Il était conscient de la Révolution française et des idéaux révolutionnaires : liberté, égalité et fraternité. Il savait que le régime révolutionnaire français avait occupé une grande partie de l'Europe et que ce régime voulait abolir l'esclavage dans les colonies françaises. Parmi les insurgés, une lettre du général Rigaud a été citée, dans laquelle la liberté était promise à tous les esclaves, qui étaient sous domination française. Maintenant que les Pays-Bas ont été placés sous la domination française (1795-1801), l'esclavage serait bientôt aboli ici, tout comme la condamnation de Tula.

Tula était un travailleur esclave sur la plantation "Knip", propriété de Casper Lodewijk van Uijtrecht. On sait peu de choses de sa vie personnelle, les documents rapportant peu de choses. Le révérend Bosch, arrivé en 1816 à Curaçao, a écrit qu'il avait parlé à des gens qui avaient connu Tula pendant son vivant. Ils se souvenaient de lui comme d'un homme de forte stature et articulé.

Monument commémorant la révolte des esclaves en 1795 à Curaçao

Le père Jacobus Schinck, envoyé pendant la révolte de 1795 par le gouvernement colonial comme médiateur auprès des esclaves rebelles, est le seul à avoir parlé avec Tula, dont les enregistrements sont conservés dans les archives gouvernementales. Son histoire commence le 19 août lorsqu'il a parlé avec le capitaine Tula à la Plantation house “Porto Mari” à huit heures et demie du soir.

"Nous avons été trop maltraités, nous ne cherchons pas à nuire à qui que ce soit, nous cherchons simplement notre liberté. Les Nègres français ont gagné leur liberté, la Hollande a été occupée par les Français, alors nous devons être libres ici "

Ce sont les paroles de Tula, enregistrées par le révérend Schinck. Il continue:

"Monsieur, Père, tous les gens ne proviennent-ils pas d'un père commun Adam et Eve? Ai-je fait du tort en libérant 22 de mes frères de leur détention, dans laquelle ils ont été injustement jetés ? La liberté française nous a servi de tourment. Quand l'un de nous était puni, ils invoquaient constamment contre nous : "Cherchez-vous aussi votre liberté ?" Une fois, j'étais attaché. Je criais sans cesse ‘pitié pour un pauvre esclave'. Quand j'ai finalement été libéré, du sang est sorti de ma bouche. Je suis tombé à genoux et j'ai crié "Oh Dieu Tout-Puissant est-ce ta volonté que nous soyons si maltraités"? Ah, Père, même un animal est mieux traité que nous. Si un animal a une jambe cassée, il est pris en charge." (Paula, Bronnen, Slavenopstand, 269)

Alors que le père Schinck transmettait les propositions du gouvernement à Tula, M. van der Grijp - un cavalier capturé par les rebelles -, entendit les rebelles parler en français "Le curé vient ici pour nous cajoler ". Schinck entendit également les révoltés chanter des chansons révolutionnaires françaises la nuit, doucement, dans la pièce voisine.

Après que la révolte a été écrasée, Tula a été condamné à mort. L'exécution a eu lieu le 3 octobre 1795 au récif. Ici se dresse le monument qui lui donne l'honneur d'être un guerrier pour la liberté. La lettre illustrée est le message de C. L. van Uijtrecht au gouvernement, dans lequel il déclare que ses esclaves "refusent de faire du service (...) quelles sont leurs intentions, je ne sais pas ".

Source : Les archives nationales de Curaçao

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires