Discours du 3 juin 1946 de Dantès Bellegarde au président Harry Truman des États-Unis, à l'occasion de la remise de ses lettres de créances comme ambassadeur d'Haïti à Washington


      Monsieur le Président,

    J'ai l'honneur de remettre entre vos mains les Lettres par lesquelles le Gouvernement Haïtien met fin à la mission de mon prédécesseur M. Jacques C. Antoine et Celles qui m'accréditent auprès de Votre Excellence comme Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire d'Haïti.

    C'est pour moi un motif de grande fierté d'être appelé une nouvelle fois à travailler au succès d'une œuvre à laquelle je me suis dévoué de tout mon cœur au cours de ma première mission diplomatique à Washington : celle de rendre de plus en plus cordiales et fructueuses les relations de mon pays avec les États-Unis et celle aussi d'assurer une complète et sincère collaboration de nos vingt-et-une Républiques d'Amérique dans tous les domaines de la vie internationale.

    Les événements qui ont eu lieu en Haïti au début de cette année montrent que le peuple haïtien est resté fidèle aux principes démocratiques pour lesquels ses ancêtres ont versé leur sang dans le passé. Ce qu'il veut aujourd'hui, c'est établir la paix à l'intérieur de son pays sur la base solide de la prospérité nationale et de la justice sociale. Dans la nouvelle Constitution qu'il va se donner afin de répondre à ses propres aspirations et aux prescriptions de l'Acte de Chapultepec et de la Charte de San-Francisco, il entend consacrer, plus fortement que jamais, les droits de l'Homme à la vie, à la liberté, à l'égalité des moyens d'éducation et de travail, sans distinction de sexe, de race, de langue ou de religion.

    Tout en étant fermement attachés à leur autonomie politique et à leur indépendance administrative et financière, les Haïtiens comprennent bien que la prospérité de leur nation est étroitement liée à celle de ses voisines. Tous nos pays font en effet partie d'un vaste système d'interdépendance universelle, et c'est par des mesures collectives qu'ils peuvent améliorer la situation économique et sociale de leurs populations respectives. Cela est particulièrement vrai pour les États de cet hémisphère qui, solidairement unis par des intérêts politiques, intellectuels, économiques et militaires, ont, les uns envers les autres, des devoirs d'assistance mutuelle et des obligations de défense commune. 

    Les progrès réalisés durant ces derniers temps au sein de l'Union Panaméricaine, grâce à la fraternelle politique du « bon voisin », font désormais de cette Institution Régionale un boulevard pour la paix et la prospérité en Amérique et, par conséquent, pour la paix et la prospérité du monde entier. Une Amérique, solidaire dans la paix comme dans la guerre, unie dans l'amitié et dans[11] la justice, puissante par ses valeurs spirituelles et par ses richesses matérielles, restera un admirable exemple de coopération et d'harmonie. Elle s'imposera comme modèle à l'Organisation des Nations Unies, dont elle constitue une fraction importante et qui, sur un plan plus large, travaille au bienêtre des peuples et à l'établissement d'une justice égale pour « tous les hommes de tous les pays », suivant la généreuse expression de la Charte de l'Atlantique devenue le bréviaire de la démocratie.

    La proclamation de son indépendance le 1ᵉʳ janvier 1804 a fait d'Haïti le deuxième État indépendant de cet hémisphère, venant immédiatement après les États-Unis de l'Amérique du Nord. L'aide fraternelle, prêtée par son président Alexandre Pétion à Simon Bolivar en 1816 pour l'émancipation des Colonies Espagnoles et l'abolition de l'esclavage en Amérique Hispanique, fait d'Haïti l'un des pionniers du Panaméricanisme. Haïti a toujours donné sa plus loyale contribution à la cause de la solidarité interaméricaine. C'est pourquoi elle croit avoir acquis l'estime de toutes ses sœurs d'Amérique. Et c'est pourquoi elle compte particulièrement sur la bienveillance personnelle de Votre Excellence et sur l'assistance amicale de votre Gouvernement pour l'aider à se délivrer des entraves qui gênent son essor politique, économique et financier et pour lui permettre de remplir, en toute liberté et sincérité, au sein de l'Union Panaméricaine, le rôle auquel lui donnent droit sa glorieuse histoire et ses aspirations démocratiques.

    Permettez-moi, Monsieur le Président, de joindre mes vœux à ceux du Gouvernement et du Peuple d'Haïti pour le bonheur personnel de Votre Excellence et la prospérité de la grande Nation Américaine. 


Source : Bellegarde, D. (1948). Dessalines a parlé. Société d’Éditions et de Librairie.

Enregistrer un commentaire

0 Commentaires